dimanche 10 avril 2016

Le défi de l'Olympe 2016 - 6h de chauffe-mollet

Dernier dossard avant Madère, j'ai rendez-vous aujourd'hui avec l'olympe, enfin le défi de l'Olympe. Le principe est simple: effectuer le plus de montées entre Méribel et les Allues en 6h de temps, seuls les temps de montée comptant et la descente se faisant par le téléphérique de l'olympe. Lazy traileurs! Le parcours en question, c'est un petit 4km pour 540m D+. Attention, chauffe-mollet!


Méribel, 10h du mat', on est 150 hamsters sur la ligne de départ. 300m de bitume pour se mettre en jambe (ou pas) puis on rejoint le sentier qui nous mènera jusqu'aux Allues. Rapidement un bouchon se forme mais j'en suis finalement plutôt contente car il me permet de reprendre mon souffle et par la même occasion mes esprits: je ne suis pas partie spécialement vite et pourtant les jambes me brûlent. Bon, on a du faire 1'30 sur les 6h... Le calcul est rapide: il va falloir lever le pieds si je veux tenir! En fait, ce n'est pas une surprise puisque depuis quelques jours, j'ai un gros coup de mou. Pas assez dormi sûrement, et peut-être aussi une lassitude due à la multiplication des dossards ces derniers mois: 4ème dossards en 9 semaines, ça commence à faire. Aujourd'hui, en plus de ne pas avoir de super jambes, je n'ai pas la niaque. Pas grave, je préfère préserver mon moral pour Madère. Le but aujourd'hui sera donc d'enchainer les montées sans m'arrêter, de ne pas regarder le chrono. Objectif: avancer, gérer, faire du D+.

Foulée aérienne! Photo: organisation

La montée s'avère très sympa: sur un single la plupart du temps, alternance de parties où il faut relancer, petites descentes, petits coups de cul, escalier de la mort, petit pont de bois, sauté de cours d'eau (de plus en plus laborieux au fil des tours!). Il est ludique ce parcours, il me plait le coquin!

500m de D+ avalées comme je le peux jusqu'aux premières maisons des Allues, synonyme de retour au bitume: 400m de route jusqu'à l'arche finale (enfin pour ce premier tour). Ca monte en pente douce, c'est plus que courable mais aujourd'hui, même sur ce premier tour, c'est laborieux. Puisqu'il faut bien s'occuper, je me lance le défi de courir ces 400m sur chacune de mes montées. Oh c'est loin d'être un exploit mais avec les forces du jour, croyez-moi, ce sera un chalenge!

Si, si, je cours (zoomez, il y a bien quelques mm sous mes pieds!). Photo: organisation


Je ne m'arrête pas au ravito puisque je porte tout ce qu'il me faut sur le dos et enchaine avec la descente en oeufs. 8' de descente pour récupérer, se ravitailler et échanger quelques mots avec les autre traileurs. Ce qui d'ailleurs est le côté sympa de cette course! Et hop, retour à Méribel et c'est reparti pour un tour.  La philosophie du hamster!

Les tours se suivent faute de s'enchainer. Je gère comme je peux mais je ne m'ennuie pas: décidément il est bien sympa ce parcours. Il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir: tiens, il est marrant cet arbre, tiens, un cailloux en forme de coeur, tiens une souris morte (véridique!!). Sur le 6ème tour, j'aperçois une féminine un peu plus haut. Elle a l'air d'accuser le coup alors qu'elle m'avait doublé en toute légèreté sur la première montée. Ca me reboost: objectif la doubler et enchainer avec une 7ème montée. Donc action: doublement réglementaire, 6ème montée, 7ème montée et derniers mètres de bitume que je cours tant bien que mal. Chalenge réussi! (bon on va pas chipoter pour quelques mètres hein! ;))

Je finis donc 3ème femme, 41/152 (27%) avec 7 montées en 4h42. Je suis loin derrière Mélanie Rousset et Marie Dohin qui se seront livré une belle bataille à distance! Bravo les filles! Des sensations mitigées pour moi aujourd'hui mais soyons optimistes, il y aura des jours meilleurs!

Et maintenant un peu de repos et "affûtage" comme on dit d'ici le premier objectif de la saison: Madère et ses 120km 7000+.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire